Changement climatique et Energie

21.05.2015
 

La lutte contre le changement climatique est un enjeu décisif pour le 21ème siècle. Important émetteur de gaz à effet de serre, nous reconnaissons notre responsabilité de prendre les mesures nécessaires pour réduire et compenser ces émissions. Nous avons donc mis en place une stratégie complète pour répondre aux enjeux climatiques et énergétiques qui repose sur trois axes : améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments, réduire les émissions directes et indirectes, promouvoir une politique forte en matière de climat et d'énergie.

Améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments

Aujourd'hui, 90 % de l'énergie d'un bâtiment est consommée lors de son utilisation (chauffage, éclairage et climatisation). Grâce aux technologies existantes et au développement de nouveaux ciments et bétons, il est désormais possible de réduire cette consommation d'énergie de 60 à 80 %. Leader des matériaux de construction, nous avons conçu de nombreuses solutions pour améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments :

  • des bétons et systèmes constructifs isolants haute performance,
  • des maisons à énergie positive construites en partenariat avec des constructeurs de maisons individuelles,
  • des solutions pour villes durables développées avec des cabinets d'urbanisme.

Nous menons également l'initiative EEB (Energy Efficiency in Buildings), placée sous l'égide du Conseil mondial des affaires pour le développement durable (WBCSD) dans le but de réduire de 80 % la consommation énergétique des bâtiments d'ici à 2050. Signataire du Manifeste sur l'efficacité énergétique des bâtiments, nous avons réduit la consommation énergétique de nos locaux de 12 % en une année.

Réduire les émissions directes et indirectes

Nos efforts pour réduire nos émissions portent sur trois leviers :

  • Nos émissions industrielles

Nous travaillons continuellement à améliorer l'efficacité énergétique de nos fours à travers le déploiement d'un modèle opérationnel d'excellence dans l'ensemble de nos cimenteries. Nous avons augmenté de manière significative la part de combustibles alternatifs que nous consommons, avec un taux de substitution de 20,7 % en 2014, soit 6,3 millions de tonnes de CO2 économisées. Par ailleurs, notre consommation de biomasse représentait 38 % des combustibles utilisés en 2014 (pourcentage largement supérieur aux 30 % visés dans nos Ambitions Développement Durable 2020). Tout en continuant de satisfaire les exigences de nos clients, nous poursuivons nos efforts pour réduire le volume de clinker dans nos ciments, principal responsable des émissions de gaz à effet de serre. En plus d'améliorer la performance de nos sites, nous nous appuyons sur la R&D pour développer des ciments à faible teneur en carbone.

  • Nos émissions liées à la production d'électricité

Dès que cela est faisable et économiquement viable, nous recourons aux énergies renouvelables pour réduire nos émissions de CO2 liées à la production d'électricité, notamment en achetant de l'énergie issue de sources plus durables.

  • Nos émissions issues du transport de nos produits

A échelle locale, nous privilégions les voies ferroviaires et fluviales pour diminuer nos émissions de CO2 issues du transport de produits et de matériaux.

Promouvoir une politique forte en matière de climat et d’énergie

Nous sommes un ardent défenseur de politiques énergétiques et climatiques responsables, à travers notre participation et notre leadership dans des associations telles que European Round Table of Industrialists (ERT) et WBCSD (Conseil mondial des affaires pour le développement durable). Nous avons ainsi pu encourager la mise en place de politiques supprimant les subventions aux combustibles fossiles, fixant un prix pertinent pour le carbone tout en évitant les « transferts » vers d'autres législations plus clémentes, et favorisant la stabilité à long terme des prix pour éviter la volatilité des marchés carbone, préjudiciable aux investissements.

Bruno Lafont, Président-directeur général de Lafarge, participe activement à de nombreux événements pour discuter du rôle que le secteur privé peut jouer pour lutter contre le changement climatique. Il est par exemple, co-président de la Cement Sustainability Initiative (CSI) et de l'initiative sur l'efficacité énergétique des bâtiments (EEB) du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD) et membre du Comité Exécutif du WBCSD. Il préside le groupe Energie et Climat de l'European Round Table of Industrialists (ERT) et est aussi Président du pôle développement durable du Medef.

Nous sommes convaincus que les politiques doivent encourager l'efficacité énergétique et l'innovation à chaque maillon de la chaîne de valeur, surtout dans le secteur du bâtiment afin de réduire encore plus les émissions de CO2.