La seconde vie des carrières

20.08.2015
 

Les quelque 600 carrières de Lafarge d'où sont extrait le granulat, passent par plusieurs étapes au cours de leur vie, de leur identification à leur réhabilitation paysagère, jusqu'à la mise en valeur de leur biodiversité.     

 

Les carrières de Lafarge ont plusieurs vies : elles ont une vie durant leur exploitation… puis une vie après, lors de leur réhabilitation ! Après leur exploitation, elles peuvent en effet devenir des espaces naturels, des sites de loisirs ou bien des sites à vocation agricole ou forestière...

 

Depuis septembre 2000, la "Politique de réaménagement des carrières" veille à ce que toutes les carrières exploitées par Lafarge disposent d’un plan de réaménagement intégré au plan d’exploitation, qui prend en compte la protection de l’environnement et le respect des populations locales. 

 

Des carrières en réserves naturelles 

 

Aujourd’hui, l’enjeu est non seulement d’analyser et de réduire l’impact de l’exploitation sur les milieux naturels, mais aussi d’élaborer et mettre en œuvre un plan de réaménagement concerté qui garantisse l’usage futur des sols et l’insertion paysagère tout en développant la biodiversité. 

 

Par la création de ces nouveaux paysages et habitats, les conditions de (re)colonisation par certaines espèces animales et végétales sont réunies : certaines carrières sont donc devenues des réserves naturelles. D’autres, comme la carrière de Larroque dans le Tarn, a été réaménagée en partie en zone naturelle, mais aussi en zone artisanale. 

 

Lafarge a signé la Charte Environnement de l’UNICEM, visant à concilier développement économique, respect de l’environnement et écoute des parties prenantes.