Lafarge inaugure un nouvel atelier de déchets solides broyés à la cimenterie de Saint-Pierre-la-Cour (53) pour atteindre un taux de substitution des énergies fossiles de plus de 80 %

Impliqué dans les circuits économiques locaux et engagé en faveur de l’écologie industrielle et territoriale, Lafarge France investit dans un nouvel atelier de déchets solides broyés (DSB) à l’usine de Saint-Pierre-laCour. Cet équipement permettra à la plus grande cimenterie de France d’atteindre un taux de substitution aux combustibles fossiles de plus de 80 %. 

 

Un dispositif complet pour l’une des usines d’Europe les plus performantes en matière environnementale

La cimenterie Lafarge de Saint-Pierre-la-Cour utilise depuis 1997 des combustibles alternatifs tels que les déchets industriels (pneus usagés, farines animales, solvants ou encore biomasse) pour alimenter son four chauffé par une flamme à 2 000°C. Cet engagement en faveur de l’environnement s’est traduit par l’installation d’un atelier de pneus broyés en 2006, puis d’un premier atelier de DSB inauguré en octobre 2013. Celui-ci a déjà permis à la cimenterie de porter son taux de substitution aux combustibles fossiles à plus de 60 % en 2015. Avec ce second atelier, la cimenterie devient l’un des sites industriels les plus performants en matière environnementale en Europe. Elle sera en effet la première usine française à atteindre un tel taux de substitution de déchets fossiles. Fin 2017, ce sont plus de 80 % des besoins en énergie du four qui seront assurés par des déchets valorisés à la place de combustibles fossiles. Avec un taux de substitution des énergies fossiles de 80 % et compte tenu du mixte combustible actuel, l’usine évitera l’émission de 100 000 t de CO2 fossile par an et contribuera aux objectifs de réduction d’émissions de CO2 du groupe. 
 

Un excellent exemple d’écologie industrielle

L’utilisation de DSB permet le développement d’une économie circulaire sur le territoire et apporte une véritable solution pour les entreprises locales qui souhaitent valoriser leurs déchets. Plus de 60 % des déchets valorisés à la cimenterie proviennent des régions Pays de la Loire et Bretagne. Enfin, les ateliers DSB favorisent la compétitivité de l’usine, notamment grâce une réduction de sa facture énergétique. Exemple d’écologie industrielle et notamment dans l’utilisation des combustibles alternatifs qu’elle utilise depuis le début des années 1970, Lafarge a développé une véritable expertise dans le processus pour valoriser en toute sécurité des flux différents. Il n’a aucune incidence sur la qualité du ciment ni sur celle de l’environnement de l’usine. Chaque type de déchets valorisés fait l’objet de contrôles et d’une procédure rigoureuse d’acceptation. La fiabilité des procédés est confirmée par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et contrôlée par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL). Ce projet a bénéficié du soutien de l’ADEME qui a financé une partie du projet à hauteur de 900 000 €. Déchets solides broyés

L’atelier de déchets solides broyés a été inauguré le jeudi 17 mars 2016 après les discours d’introduction de :

- Bénédicte de Bonnechose, Directeur Général de Lafarge France,

- Roland Gérard, Directeur de l’Ademe Pays de la Loire,

- Olivier Richefou, Président du Conseil départemental de Mayenne,

- Philippe Vignes, Préfet de la Mayenne. Etaient également présents de nombreux élus locaux dont :

- Claude Le Feuvre, Maire de Saint-Pierre-la-Cour,

- Jean-Pierre Le Scornet, Conseiller régional.

Téléchargez le communiqué de presse (pdf, 311.39 KB)