Histoire du béton

L’industrialisation de la fabrication du ciment a libéré la construction en béton. Celui-ci est aujourd’hui décliné en une multitude de formulations.

 

Le béton dans l’Histoire

Le béton de ciment, connu par les Romains

Si l’on s’en tient à la définition du béton, mélange d’un liant et de granulats, son usage remonte à la haute Antiquité (3 000 à 700 avant J.-C.), avec les mélanges à base d’argile en Mésopotamie notamment. Mais ce matériau se dégradant rapidement, peu de vestiges attestent son utilisation.

Le « véritable » béton, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, c’est-à-dire un mélange de ciment et de granulats, est utilisé dès l’époque romaine : les nombreux bâtiments de la Rome antique encore visibles témoignent de la résistance de leurs constructions.

Quand le béton libère la créativité

Au XIXe siècle, grâce à l’industrialisation de la fabrication du ciment, de nombreuses avancées successives assurent le succès du béton. Un jardinier créatif, Joseph Monier (1823-1906) dépose, entre 1867 et 1891, plusieurs brevets décrivant un système de construction à base de fer et de ciment, destiné à fabriquer des jardinières, tuyaux et réservoirs à eau. Il est l’inventeur du « ciment armé ».

François Coignet (1841-1888) imagine alors en 1852 le béton armé et construit le tout premier immeuble en béton coulé avec fers profilés enrobés, à Saint-Denis, en région parisienne.

Les brevets se succèdent. En 1867, un immeuble en béton aggloméré est breveté à Paris par François Hennebique (1842-1921). Celui-ci imagine ensuite la première dalle en béton de ciment armé de fers ronds (1880), les poutres creuses en béton armé (1892), le pilote en béton armé à ligatures rapprochées (1896)…

Du béton aux bétons multiples

La composition du béton est fixée en 1906 par un règlement, selon lequel 1 m3 de béton ordinaire est fabriqué à partir de 350 kg de ciment, 590 kg de sable, 1 180 kg de gravier, et 210 litres d'eau.

Mais les déclinaisons et applications du béton se multiplient au XXe siècle : béton à poudres réactives, plus résistant, béton précontraint, contenant des câbles d'acier en tension, béton allégé, grâce à des billes de polystyrène…

Enfin, apparaissent à la fin des années 1980 les bétons hautes performances (BHP), puis les bétons autoplaçants et les bétons fibrés à ultra hautes performances. La famille des bétons ne cesse de s’agrandir.

 

L'histoire des bétons Lafarge

  • Lafarge, N°1 du béton en France

Leader mondial des matériaux de construction, Lafarge est aussi le 3ème fabricant de béton prêt à l'emploi dans le monde.

Nous possédons aujourd'hui 250 centrales à bétons sur le territoire français, répartis de façon à assurer une couverture géographique optimale et une présence au plus ^rès des lieux de consommation. Cela nous permet de limiter le transport par camion : les sites de production se situent en moyenne à 20 km des chantiers.

  • Poursuivre la tradition créative

Aujourd'hui, Lafarge perpétue la tradition d'innovation qui a animé les premiers experts du béton, en déclinant le béton en quelque 500 formulations différentes.