Dans un marché incertain, LafargeHolcim France accélère sa transformation vers le bas carbone

3 Février 2021
La stratégie de développement du leader français des matériaux de construction géosourcés est résolument orientée vers le bas carbone. En parallèle de projets d’investissements décisifs et pour répondre à la réalité de ses marchés, l’entreprise a annoncé ce 3 février 2021 l’ajustement de son dispositif industriel.
 

D’ici à 2025, et malgré un contexte difficile pour le secteur, LafargeHolcim France va poursuivre ses investissements sur un niveau sans précédent. Pour répondre aux défis de la nouvelle règlementation environnementale RE2020, la plus grande partie de ces investissements sera spécifiquement consacrée à la mutation technologique des outils de production du ciment. La priorité sera ainsi donnée à la réduction de l’empreinte carbone des process et des produits de construction.


Des projets d’investissement décisifs

  • La construction de la nouvelle cimenterie de Martres-Tolosane, près de Toulouse, pour 120 millions d’Euros entamera sa dernière phase cette année. Elle entrera en service en novembre 2021 et permettra de baisser son empreinte carbone de 25% par tonne de ciment produite en améliorant l’efficacité énergétique et en permettant le recours massif aux combustibles issus de déchets.
  • Par ailleurs, LafargeHolcim confirme son engagement dans le projet de captage de carbone du pôle Avenia, soutenu par la Région Occitanie.
  • Les premières études de faisabilité en vue de la modernisation de sa cimenterie historique du Teil, en Ardèche, vont être lancées, permettant la mise en marché de nouveaux ciments bas carbone.
  • Les perspectives offertes par le ciment bas carbone à base d’argile calcinée, actuellement à l’étude, devraient permettre dès 2021 la construction d’un nouvel atelier de production dans la cimenterie de Saint Pierre La Cour, en Mayenne. Ce site pourrait ainsi s’engager dans la production à grande échelle de nouveaux types de ciments à l’empreinte carbone réduite.


Afin de financer cette accélération vers le bas carbone, LafargeHolcim France doit se réorganiser localement pour adapter ses capacités de production et réduire ses coûts.

En Provence Alpes Côte d’Azur, l’usine de Bouc-Bel-Air prendrait le relais de la cimenterie de Contes qui serait transformée en dépôt de ciment. Ce choix permettra aux clients locaux de bénéficier immédiatement d’une gamme de produits bas carbone déjà reconnus par le marché.

L’entreprise envisage également l’arrêt de l’exploitation de sites de son activité Granulats ayant épuisé leur gisement ou trop éloignés de leur marché.

La priorité de LafargeHolcim est de pouvoir accompagner individuellement chacun de ses 114 collaborateurs concernés par ces projets de transformation. Le dialogue social qui s’engage sur les prochaines semaines avec les représentants du personnel doit prendre toute sa place. L’entreprise s’engage à proposer des solutions à chacun afin d’éviter des licenciements contraints. Dès maintenant, 84 postes sont vacants dans les activités de LafargeHolcim en France. Ils seront proposés de façon prioritaire aux salariés concernés.
 

Communiqué de presse (pdf, 230.8 KB)