Réaménagement et biodiversité

 

Réaménagements réalisés

zone humide 4 2
Mare Pointe

Le réaménagement des terrains exploités est conduit progressivement au fil des années, conformément au plan de remise en état prévu dès l’origine (défini dans l'arrêté autorisant l'exploitation). Les surfaces boisées et agricoles initiales ont été restituées tout comme les chemins ruraux. Ainsi le réaménagement est à dominante forestière pour le secteur Ouest et majoritairement agricole et d'intérêts écologiques pour le secteur Est.

Toutefois, le plan d’aménagement laisse la possibilité à l’exploitant et en accord avec les parties prenantes locales (dans le cadre des commissions de suivi) d’adapter sur le terrain des espaces ouverts (type clairières, prairies), des zones humides (mares)…

LafargeHolcim attache une grande importance à la méthode dite « d’aménagement coordonné » aux phases d’exploitation, de manière à maintenir au strict minimum les surfaces en dérangement. Ainsi, au bout de 15 ans d’activité sur ce site, 150 hectares ont d’ores et déjà été réaménagés.

Réaménagement forestier :

Pour guider les opérations de reboisement, 120 ha sur les parcelles exploitées et 70 ha supplémentaires à proximité immédiate du site, LafargeHolcim a constitué un groupe de travail « reboisement » afin de répondre aux différentes fonctions des peuplements futurs (ludique, écologique et production forestière).

Ce groupe est composé :

  • d’un représentant du Centre Régional pour la Propriété Forestière,
  • d’un représentant de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM),
  • de l’association de la sauvegarde de l’environnement,
  • de la Société Ecologique du Canton des Andelys,
  • du cabinet Foret Gestion (expert forestier), et de l’entreprise en charge des reboisements (pépiniériste).

Le groupe de travail se réunit 1 fois par an, et a pour objectif de réaliser une analyse des reboisements effectués et de définir les essences pour les prochains secteurs à reboiser dans l'année. Le choix des essences forestières est fait en fonction des caractéristiques des sols reconstitués et des retours d'experiences observés sur les essences précédemment plantées.

Les reboisements effectués sont intégrés dans le Plan Simple de Gestion forestière de la forêt, dans le but de pérenniser la bonne gestion du site.

Création de zones naturelles et de zones humides :
 

Zone humide
Zone humide - mare ronde

Afin de préserver certaines espèces animales et végétales à enjeu, plusieurs espaces ont été recréés sur le site au fil des années :

  • Un espace naturel d’environ 19 ha, constituée essentiellement de pelouses siliceuses et de Landes. On y retrouve notamment la Cotonnière des champs et le Genêt d’Angleterre, espèces végétales d’intérêt régionale et le criquet des Jachères inscrit sur la liste rouge régionale. Ces espaces font l'objet d'inventaires spécifiques afin d’évaluer leur potentiel écologique et leur évolution. Pour gérer ces milieux, un mode de gestion douce par pâturage est mis en place avec des vaches de race Highland Cattle.
  • Deux zones humides qui font l’objet d’inventaires et de suivis réguliers.
    • La première mare, appelée « mare ronde », se situe au Nord-Ouest du secteur Ouest. Il s’agit d’une mare d’environ 5 000 m² qui présente plusieurs avantages pour les espèces : elle est caractérisée par des berges en pentes très douce qui connaissent des variations de niveaux d'eau favorables au développement de la biodiversité. Cette mare joue ainsi un rôle important au sein du massif forestier, comme point d’alimentation en eau pour la faune pendant les périodes sèches (antérieurement, aucun point d’eau n’était présent). Elle a favorisé l’implantation de nouvelles espèces floristiques des milieux humides (joncs, roselières...).
      ​Les inventaires qui y sont réalisés mettent en évidence la présence d’espèces vulnérables comme le pélodyte ponctué (grenouille), le crapaud calamite...
      Aeschne des Nenuphars
      Aeschne des Nénuphars

       

    • La seconde mare, appelée « mare pointe », se situe au Sud-Ouest de la zone Ouest et couvre une surface d’environ 1 000 m². Les berges présentent des pentes variées, avec une ceinture de végétation hygrophile constituée essentiellement de typhas (roseaux). On y recense près d'une trentaine d'espèces d’oiseaux dont le Grèbe Castagneux, la foulque, la Gallinule poule d’eau... Elle accueille également de nombreux batraciens et odonates (libellules).
 

Suivis environnementaux

Conformément à la réglementation relative à la carrière de Muids et Daubeuf-près-Vatteville, un certain nombre de suivis environnementaux sont réalisés sur le site.

  • Suivi semestriel de la qualité des Eaux
    L’exploitation se déroulant à sec, il n’y a pas d’eaux superficielles sur le site. Le suivi consiste donc à contrôler les eaux rejetées dans le milieu naturel en sortie de l’installation « débourbeur-déshuileur », un équipement adossé à l’aire étanche d’entretien et de lavage des engins (située sur la zone Est de la carrière).  Consulter la synthèse des dernières mesures Eaux 
  • Suivi des émissions de Bruit
    Le bruit est mesuré et contrôlé tous les 2 ans par un organisme agréé en différents points situés à proximité immédiate du site. Il existe deux types de mesures : celles réalisées en limite de site et celles réalisées au niveau des habitations les plus proches (Zones à Emergences Réglementées - ZER). Consulter la synthèse des dernières mesures Bruit
  • Suivi des retombées de Poussières
    Réalisé tous les ans sur une durée d’un mois tous les trimestres, il repose dorénavant sur un plan de surveillance des émissions de poussières dans l’environnement (à compter de 2018, conformément à l’arrêté ministériel du 30 septembre 2016 pour les carrières ayant une production annuelle de plus de 150 000 tonnes). Les mesures sont réalisées en limite de la carrière et au niveau des habitations les plus proches. Consulter le dispositif de mesures des poussières

Les rapports de suivis sont remis aux services de la DREAL UT27 et peuvent être consultables sur demande.

 

Biodiversité

genet d angleterre 1 au choix 2
Genêt d’Angleterre

Grâce à la diversité des réaménagements réalisés, le périmètre de la carrière actuelle recèle une grande diversité d’habitats naturels, avec la faune et la flore propre à chaque milieu. On retrouve notamment des boisements, des landes, des zones humides, des bosquets, des terrains agricoles, …

Depuis 2011, LafargeHolcim réalise des campagnes de prospection, de suivi et de relevés écologiques avec l’aide d’organismes naturalistes comme le bureau d’études Fauna-Flora ou l’association Ligue de Protection des Oiseaux.

Les diagnostics qui découlent de ces inventaires permettent de valider les mesures de gestion à poursuivre ou à mettre en place pour préserver ces espèces d'intérêt écologique majeur.

C'est ainsi que nous observons que les terrains réaménagés de la carrière actuelle sont ceux qui accueillent la plus grande richesse, notamment avec les boisements et les zones humides. Les terrains agricoles n’étant le plus souvent que peu intéressants d’un point de vue écologique.

patuarge zone humide 1 2
Gestion douce par pâturage – Highland Cattle

Ainsi, parmi les actions mises en œuvre en faveur de la biodiversité on peut citer plus particulièrement :

  • L’évaluation de la diversité spécifique au sein de la carrière selon l’Indice de Biodiversité à Long Terme (IBL) réalisé en 2015. L’IBL est un indicateur permettant d’évaluer la diversité des différents habitants d’une carrière en se basant sur les taxons (groupes d'espèces animales ou végétales les plus représentatifs.
  • Le suivi annuel des populations d'Œdicnème criard et d’Engoulevent d’Europe depuis 2011.
  • Le suivi floristique scientifique de la lande à Genêt d’Angleterre.

Depuis 2011, l'ensemble de ces actions est rassemblé dans un plan d’actions Biodiversité.

Les rapports de suivi sont consultables sur demande.